Si vous n'utilisez qu'une partie d'un mot pour la recherche, veuillez ajouter une * après la dernière lettre. (Exemple: Neuro *)

Loading Search Results...

Désolé, aucun résultat n a été trouvé pour cette recherche.

23.10.2018

À l’hôpital, les enfants contractent moins d’escarres

Les hôpitaux de soins aigus et les cliniques pédiatriques suisses recueillent des données sur les escarres et les chutes une fois par an pour le compte de l’ANQ. À partir de ces données sont calculés les taux actualisés d’escarres et de chutes. Comme le montrent les résultats du 14 novembre 2017, les taux de fréquence chez l’adulte sont quasi identiques à ceux de l’année précédente. Toutefois, les taux d’escarres chez les enfants affichent leur la valeur la plus basse depuis le début de la mesure.

La mesure de l’ANQ donne d’importantes indications sur la qualité des soins et de la prise en charge au sein des hôpitaux. On calcule ainsi à quelle fréquence des escarres  apparaissent chez les personnes hospitalisées et à quelle fréquence les adultes tombent à l’hôpital. 198 hôpitaux de soins aigus et 33 hôpitaux de soins aigus avec unités de pédiatrie ou cliniques pédiatriques ont participé à la mesure 2017. Ces chiffres se rapportent aux sites hospitaliers. Plus de 13 000 adultes et parents d’environ 780 enfants et adolescent-e-s hospitalisé-e-s de 16 ans et moins ont donné leur accord pour cette mesure. Les escarres ont été relevées le jour de référence, les chutes rétrospectivement jusqu’à 30 jours.

Des taux d’escarres stables chez l’adulte

Le taux total (toutes catégories*) a baissé de 0,1% par rapport à l’année précédente es est actuellement de 4,3%. Avec 2,0%, le taux à partir de la catégorie 2, englobant donc les cas sévères d’escarres, correspond exactement à celui de l’année précédente.

Les deux taux se situent dans le tiers inférieur des valeurs de référence internationales. Si l’on compare les hôpitaux suisses les uns avec autres, 14 hôpitaux se distinguent de la moyenne lorsque l’on s’intéresse au taux total et quatre hôpitaux lorsque l’on observe le taux à partir de la catégorie 2. Comme l’année précédente, les escarres sont survenues principalement au niveau du sacrum et des talons.

Baisse des escarres chez l’enfant

Avec 8,0% l’année 2017 affiche le taux total le plus bas jamais atteint. Si l’on compare ce chiffre avec celui de l’année précédente, il baisse de 1,9% ; par rapport à la première année de mesure, 2013, il affiche alors une baisse tout à fait significative de 7,1%. Les enfants ont ainsi développé nettement moins d’escarres que quatre ans auparavant. Le taux à partir de la catégorie 2 est aussi réduit de moitié : il est passé de 2,6% en 2016 à 1,3% actuellement. Cette variation est toutefois de nature aléatoire d’un point de vue statistique.

Selon les dernières études internationales, le taux total suisse se situe légèrement au-dessus des valeurs de référence, le taux à partir de la catégorie 2 dans la moyenne. Dans la comparaison nationale des hôpitaux, un hôpital se distingue de la moyenne si l’on s’intéresse au taux total, contre deux hôpitaux pour le taux à partir de la catégorie 2. Les escarres étaient situées sur différentes parties du corps, en particulier au niveau du visage/nez et du métatarse. Plus de la moitié des enfants en position allongée se trouvaient en néonatologie ou en unité de soins intensifs ; ils avaient souvent moins de 28 jours et/ou étaient sous respiration artificielle. Ce sont précisément ces nourrissons, dont la peau n’est pas encore mature, qui présentent un risque plus élevé d’escarres.

Taux inchangé pour les chutes chez les adultes

Le taux des chutes à l’hôpital s’élève à 3,8%, c’est-à-dire qu’il reste identique à celui de l’année précédente. À l’échelle internationale, des taux de chute majoritairement plus bas sont mis en évidence. Aucun hôpital isolé ne se détache des autres comparativement à la moyenne de l’ensemble des hôpitaux suisses. C’est au sein des unités de soins palliatifs que les personnes hospitalisées sont le plus souvent tombées.

Méthode et perspectives de la mesure

Pour réaliser la mesure 2017 chez l’adulte et l’enfant, l’on a eu recours à la méthode « LPZ International » (LPZ 2.0), développée par l’Université de Maastricht. À compter de l’année de mesure 2019, la mesure des escarres chez l’enfant sera supprimée. Sur cinq années de mesure, les taux ont constamment baissé. On constate ainsi que les hôpitaux ont été fortement sensibilisés sur le sujet et ont reçu des informations sur les champs d’action importants. La mesure « Chute et escarres » se poursuit quant à elle pour une période indéterminée.

Comparaison pluriannuelle nationale

Taux de prévalence Adultes, en % 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
Escarres – acquises à l’hôpital, toutes catégories 4,3 4,4 4,1 4,3 4,6 4,4 5,8
Escarres – acquises à l’hôpital, à partir de la catégorie 2 2,0 2,0 1,9 1,8 2,0 1,7 2,1
Chutes à l’hôpital 3,8 3,8 3,0 3,6 4,1 3,8 4,3
Taux de prévalence Enfants et adolescent-e-s, en % 2017 2016 2015 2014 2013
Escarres – acquises à l’hôpital, toutes catégories 8,0 9,9 11,7 13,5 15,1
Escarres – acquises à l’hôpital, à partir de la catégorie 2 1,3 2,6 1,7 3,0 2,5

* Les escarres acquises à l’hôpital sont réparties de la manière suivante : Catégorie 1 = érythème persistant ou qui ne blanchit pas |Catégories 2 à 6 = de l’atteinte partielle à la perte complète de tissu cutané ainsi que « profondeur inconnue ».

Rapport avec graphiques
Mesure Adultes
Mesure Enfants

GLOSSAIRE ANQFermer

GLOSSAIRE ANQ Vers le glossaire complet